Skip to content

« La fin du monde ».

avril 19, 2011

« La fin du monde ».

[Ce texte de Maré Almani, a été publié dans le numéro 1 de la revue anarchiste italienne « Diavolo in corpo » (Le diable au corps), sous titrée « rivista di critica sociale » (revue de critique sociale) au mois de décembre 1999. Il aborde les perspectives révolutionnaires à partir des évènements de l’accident de la centrale nucléaire de Tokaimura au Japon, et plus généralement du nucléaire. Présenté à l’époque comme un « incident finalement mineur », l’accident, qui se produit en septembre 1999 prouve qu’au Japon comme ailleurs, les risques ne sont pas « maitrisables » et annonçait déjà le désastre de Fukushima, et que la question n’est pas de savoir si on « peut utiliser autrement » la technique du nucléaire, mais comment s’en débarrasser. Et donc comment aborder cette question des technologies mortifères sans sombrer dans le catastrophisme, ou l’humanitaire]

Le 31 septembre 1999 dans la centrale nucléaire de Tokaimura, sur la côte Pacifique du Japon, s’est déroulé le plus grave accident nucléaire depuis Tchernobyl. Lors d’un test en laboratoire, trois techniciens ont versé seize kilos d’uranium dans une cuve prévue pour en contenir un peu plus de deux. Cette erreur a provoqué une réaction en chaîne qui s’est prolongée plusieurs heures, contaminant toute la zone aux alentours de la centrale sur plusieurs kilomètres. La population du coin n’a été évacuée que quelques heures après l’incident, et il a fallu plus de vingt heures avant que l’intervention de volontaires « n’arrête » -selon le gouvernement nippon- la fuite radioactive. Quoi qu’il en soit, les informations en provenance du pays du Soleil Levant ont fait retenir son souffle au monde entier pendant plusieurs jours.

Parmi tous les désastres dont on nous informe quotidiennement, celui-là ne manque pas de prendre une tournure particulière. Plus que le sida qui pèse sur les promesses des sens, plus que les sophistications alimentaires qui réhabilitent l’anorexie, plus que la pollution atmosphérique qui rend toute respiration désagréable, ce qui est arrivé à Tokaimura projette sur l’époque où nous vivons sa lumière la plus crue et la plus sinistre. Peut-être parce que cette dernière catastrophe nucléaire s’est produite là où s’était consumée officiellement la première, au Japon, donnant l’idée d’un étau qui referme définitivement le panorama de notre avenir en revenant à son point de départ.

Du reste, il s’agit ici de bien plus qu’une conséquence mineur de l’événement qui depuis un demi-siècle a renversé toutes nos perspectives. En se profilant sur un monde susceptible d’être anéanti à chaque instant, la menace atomique a complètement bouleversé notre horizon sensible. Il n’a jamais été possible de mesurer à quel point, au-delà du danger réel, l’éventualité de la destruction nucléaire a frappé notre imagination en nuisant à l’irréalité qui l’anime, et par là à notre soif de liberté. Le nucléaire a réussi à prendre possession de ce désir de fin du monde et à le réduire à une simple possibilité technique au mains de la domination. Ce désir même qui, en un certain sens, incarnait la fascination et la terreur qu’on éprouve devant une liberté sans bornes, et qui donne depuis toujours sa propre démesure à l’imagination. Comment oublier que, jusqu’à la moitié de ce siècle, ce désir de fin du monde a nourri les pensées les plus radicales, constituant la source d’une énergie critique illimitée ? Et comment ignorer que la possibilité même de l’anéantissement nucléaire prive l’imagination de cette perspective infinie ?

En l’occurence, et cela peut sembler paradoxal, le désir de mettre fin au monde a toujours été une des grandes forces motrices de l’être humain. Cette négation absolue était vécue comme l’effort concret d’arracher à l’autorité divine ou terrestre la possibilité de déterminer sa propre existence. Une fois repoussée la peur de la Punition, la fin du monde était devenue la manifestation la plus orgueilleuse de la négativité dans laquelle s’enracinait le désir humain. Le crime de Sade est d’avoir été le premier à avoir dévoilé ce terrible secret scellé dans le coeur de l’individu, et d’avoir été le premier à en tirer les conséquences.
L’angoisse et l’exaltation -liées à la conscience inquiète de cette force de négation- sont faciles à retrouver chez tout ceux qui, de la brèche ouverte par leurs comportements singuliers, ont ouvert le feu sur ce qui les entourait.

Depuis la seconde guerre mondiale, voici pourtant que les possibilités inépuisables qui s’ouvraient dans le Néant Créateur évoqué par Stirner nous paraissent viciées, émoussées, empoisonnées et contaminées dès le départ. Nous savons aujourd’hui que la tabula rasa qui constituait depuis toujours la base d’une transformation sociale radicale n’est plus en mesure de tenir toutes ses promesses. Elle a fini par prendre un air suspect à nos yeux. Quand tout vacille au bord du gouffre, qui veut encore entendre parler de prendre son envol ? Une fois que la destruction s’est enrôlée sous la bannière du nucléaire, qui peut encore oser la considérer comme une joie créatrice ? Et lorsque la domination de la technique a transformé le langage en mode d’emploi, qui peut désormais donner corps à s’insubordination des mots ?

La raison du désintérêt pour les grandes utopies qui a crû petit à petit après 1945 ne doit pas être cherchée ailleurs que dans ce constat : non seulement la réalité nucléaire -avec ses déchets qui ne perdront leur radioactivité que dans des centaines de milliers d’années- nous a privés de la possibilité de nier l’existant, mais elle nous a aussi privés de la possibilité de le faire de manière absolue, dans les deux sens du terme : qu’il s’agisse d’imaginer la fin du monde, ou à l’inverse d’imaginer le début d’un autre monde. Les conséquences pratiques ne sont pas des moindres. En perdant la capacité de négation absolue, nous perdons également celle de penser et d’imaginer la notion même de totalité. La menace concrète d’un anéantissement global et d’une nuit définitive, dans laquelle ont peut plonger d’un instant à l’autre à cause de la main imbécile d’un quelconque technicien, a fait de l’univers un non-univers. Face à un horizon sans point de fuite, on ne se trouve plus devant un horizon, mais face à un mur. Et face à ce mur, nous voilà réduits à notre misérable réalité quotidienne, condamnés à une irresponsabilité des plus indifférentes par rapport à un monde dans lequel nous ne nous sentons plus capables d’agir.

A partir du moment où la tentation d’en finir avec le monde est passée de l’autre coté de la barricade, du coté du pouvoir et de l’argent, notre force de négation a été brisée en mille morceaux, éparpillée dans l’ordre du possible, ne survivant que sous forme de fragments. Une courte démonstration ? Les exemples ne manquent pas dans ce que nous vivons tous les jours, dans la marée de particularismes qui ne semble pas vouloir se retirer, et qui, plutôt que de freiner le processus de confusion généralisée, l’accélère jusqu’à finir par l’enfermer dans un circuit de causes interchangeables (femmes, environnement, homosexuels, salaires minimaux : il serait vraiment vain de s’étendre sur la portée minimaliste de ces causes particulières). Si l’on passe ensuite du terrain des luttes sociales à celui des idées, comment ne pas être frappé par la manière dont l’exaltation du fragment par la meute intellectuelle -ce phénomène contemporain à la prise de conscience de la réalité nucléaire- semble venir à point pour confirmer l’exclusion de la totalité comme catégorie de pensée. Comme si, de l’effacement du sujet jusqu’aux différentes entreprises de déconstruction, notre modernité critique n’avait eu comme objectif réel que d’empêcher de penser la désintégration atomique des êtres et des choses, en la simulant linguistiquement.

Sommes-nous encore capables de prendre la mesure de l’ampleur de la résignation qui nous est promise, lorsqu’on prétend ne pouvoir dire qu’une partie sans le tout ? Nous voilà réduits par avance à être moins que ce que nous sommes. Nous rendons-compte de l’espace vital qui nous est arraché lorsqu’on déclare que la singularité ne pourra jamais illuminer la totalité ? Si la singularité n’est au début rien d’autre qu’un fragment, elle a toutefois la curieuse capacité de ne pas le rester. Au moindre contact avec ce qui l’entour, elle incendie tout le paysage. Sauf bien sûr si on fait de la singularité un fragment qui se suffit à lui-même, sans rapport avec tout ce qui l’entoure, réduit à n’être qu’un fragment au milieu de tant d’autres. Réussissons-nous ainsi à saisir la grossière irresponsabilité d’un monde qui, à travers ce refus délibéré de concevoir la totalité, se prive par avance de la possibilité d’avoir du sens ?

Non pas que je déplore, comme tant d’autres personnes avisées, la perte d’un sens générateur de valeurs et le confusionisme qui en découle. Peut-être faudrait-il rappeler qu’il n’y a jamais eu de sens donné à retrouver, ni de sens trouvé à donner, à moins de s’enfoncer dans les buissons de l’idéologie et de la gnose. J’admets également que les vibrants appels à sauver le monde et l’humanité du désastre qui nous menace ne trouvent en moi aucun écho. Cet humanitarisme de dernier ressort contient à mes yeux quelque chose d’encore plus répugnant que celui des institutions. Comme si ça ne suffisait pas d’avoir symboliquement ou matériellement exploité, pillé et massacré l’environnement naturel et les êtres humains. Quand, par effet boomerang, il s’agit maintenant d’en payer concrètement les conséquences, on pense soudain s’en tirer en usant et abusant de la pire rhétorique humanitaire, sans se rendre compte qu’à ce petit jeu, on ne trompe personne d’autre que soi-même.

En définitive, n’est-ce pas cette culture et cette civilisation de type humaniste qui ont généré en moins de trente ans les camps nazis et staliniens, en plus d’Hiroshima ? La question n’est pas, comme certains l’ont exigé, de savoir si l’art est encore possible après Auschwitz, mais plutôt de chercher ce qui a rendu possible Auschwitz au sein de cette civilisation. Ceux qui s’obstinent à penser que c’est l’endormissement de la raison qui a engendré des monstres, plutôt que l’état de veille de la raison elle-même, ceux qui s’obstinent à dénoncer le mauvais usage de la technique, plutôt que la technique en soi avec sa prétention pathétique à pouvoir résoudre chaque problème tout en libérant l’être humain de l’effort de vivre, ceux-là ne font que resserrer un peu plus le noeud coulant qui nous lie à ce monde.

Si « l’au-delà de nos jours » pouvait sembler à portée de main dans la première moitié de ce siècle, cette soif d’aurore s’est aujourd’hui perdue dans un nuage radioactif. A présent que nos jours sur cette terre pourraient bien être comptés et peu porteurs de changements, il paraît qu’il ne resterait plus qu’à en mendier l’ici-bas. Mesurer la régression accomplie sur les sentiers de l’utopie en l’espace de quelques décennies n’est pas bien compliqué. Dans un monde où, comme cela a été justement soutenu, la simple survie de l’espèce est devenue une revendication révolutionnaire, les révolutionnaires en sont réduit à revendiquer la continuation des espèces. Question de bon sens, sans doute. Pour changer le monde, encore faut-il qu’il existe encore. De cette façon, la lutte pour la survie a remplacé le combat pour une liberté sans limites.

Une fois engagés sur cette pente, au nom de quoi pouvons-nous encore nous étonner de la frilosité des désirs qui se satisfont d’une maison, d’une voiture ou d’une croisière organisée ?
Peut-être au nom d’un passé mythique dans lequel nous nous obstinons à puiser tout ce dont nous percevons le manque, sans même l’avoir expérimenté nous-même ? La communauté humaine, le goût de la nourriture d’autrefois, la nature sauvage, l’odeur des livres imprimés avec une presse, le savoir-faire des vieux métiers, et autres nostalgies agréables pour celui qui aimerait s’endormir le soir avec la certitude de retrouver le lendemain le monde tel qu’il l’avait laissé. S’il en était ainsi, le vent radioactif ne devrait avoir d’autre effet que de soulever la poussière que nous serions déjà devenus.

Face aux bêlements humanitaires qui nous assomment toujours plus, tel le chant rituel accompagnant chaque nouvelle catastrophe, je ne peux m’empêcher de garder une confiance intacte en cette force de négation qui constitue la seule énergie dont je désire m’irradier. S’il n’est pas passé un jour au cours de ces dernières décennies sans que ne se dégrade l’espoir d’un « renversement de sens », cela vient uniquement confirmer à quel point la condition humaine actuelle doit être supprimée. Après le jour du Jugement dernier, c’est le dernier jour de la terre qui ne doit plus nous inspirer de terreur. Parce que tous les désastres de Tokaimura ne parviendront pas à contaminer le sens d’un vieux cri de bataille : la liberté ou la mort.

Maré Almani.

Source : traduction française par Mutines Séditions,
publiée dans le recueil « Diavolo in corpo 1999-2000 »

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :