Skip to content

all nucleocrats are bastards!

juin 1, 2011

Bonjour,

Aujourd’hui, 31 mai nous avons été quelques-un-e-s à perturber le forum passerelles et développement organisé conjointement par Miriade, organisme qui vise à raprocher recherche et entreprise et Nucléopolis, le nouveau pôle normand de sciences nucléaires visant à vendre la filière nucléaire en basse-normandie.
Au vue des perturbation – notre présence potache – les organisateur-trice-s de cette joyeuse sauterie publicitaire ont préféré annuler leur aggappes faisandés.

A noter l’absence des nucléocrates les plus ostensiblement meutriers.
Pourtant ils partcipent bien au projet nucléopolis dans le collège des grandes entreprises, notamment.
A noter également le replis de Miraide et nucléopolis derrière le nucléaire médical -décombre macabre qui leur premet de dire que le nucléaire sauve plus de vie qu’il n’en détruit – sans remmettre en cause les éventuels dangers entourant celui-ci. Et surtout sans expliquer pourquoi alors en avril dernier l’association Nucleopolis s’invitait au forum des métiers du nucléaire, lui-même perturbé, à cherbourg aux côté d’Areva, edf, de randstadt et consorts, forum visant au recrutement par les industriels et leurs sous traitants de main d’oeuvre (lycéen-ne-s, etc.)… C’est par ce même biais qu’ils ont vendu leur opération promotionnel aux écologistes d’Europe ecologie bien prompts à s’abstenir – mais c’est une tradition – sur les financements de l’association par lamajorité au Conseil régional.
A noter enfin la présence sur place des renseignements généraux (DCRI)
prestement alertés par les congressistes. Décidément, le nucléaire c’est des emplois dans les cimetierres et les commissariats, mais pas que…

Ci joint le texte distribué sur place :

 

ALL NUCLEOCRATS
ARE BASTARDS !

Aujourd’hui, 31 mai, Nucleopolis, organise à Caen une de ces rencontres qui sont censées faire rayonner de concert industrie et recherche nucléaire au-delà des frontières normandes. Car si les nuages radioactifs s’arrêtent docilement aux frontières françaises, les profits nucléocratiques semblent, quant à eux, être voués à ne connaître aucune limite : ni celles des désastres en cours de Fukushima à Tchernobyl en passant par ceux qui se propagent plus discrètement au quotidien autour des installations nucléaires, ni celles des millénaires de durée de vie des radioéléments que ces industries disséminent.
Nucleopolis est la dernière trouvaille des promoteurs du délire nucléaire en Basse Normandie. Ce pole normand de science nucléaire, né le 19 septembre dernier, unit les différents acteurs du nucléaire en Normandie.
L’idée est de faire de la Basse-Normandie un pôle de compétitivité dans le domaine. S’y sont associés 45 membres. Des entreprises du nucléaire comme AREVA ou EDF, des PME, des laboratoires de recherche comme le GANIL ou Cyceron, l’école d’ingénieurs en nucléaire de l’Ensi-Caen, des collectivités locales. Le but : « Vendre la filière nucléaire normande à l’extérieur. Nous avons le savoir-faire. Il faut le faire savoir. »
Aujourd’hui, le forum Passerelles R&D organisé par MIRIADE, MIssion Régionale pour l’Innovation et l’Action de Développement Economique, avec le soutien de Nucleopolis, vise à faire se rencontrer industriels et chercheurs du nucléaire. Et le but est clair : « Multiplier et faire réussir les projets innovants et offensifs des entreprises et des entités de recherche et développement, de conseil et d’enseignement supérieur de Basse-Normandie. » (source :
Miriade).
Les laboratoires présents dans ce forum prennent donc part à l’entreprise libérale qui vise à renforcer la complicité entre industriels et recherche. Ils servent à la fois de caution et de ressources pour de nouvelles innovations, pour que nucléaire et capitalisme continuent de
concert de pourrir la planète et nos vies.
Et ces recherches nucléaires ne sont pas sans conséquence plus directe sur nos propres vies. Ainsi, sur Caen, le GANIL, accélérateur de particule expérimental, doit être étendu. Avec son extension, une augmentation significative des rejets radioactifs gazeux devrait également être à l’ordre du jour. Il a fait l’objet d’une enquête publique rondement menée l’été dernier en plein mois de juillet… alors que le GSIEN, groupements de scientifiques indépendants s’alarmait d’éventuels effets nocifs sur la santé des populations avoisinantes. Aujourd’hui les travaux de Spiral 2, le nouveau GANIL, ont débuté. Et avec ces rejets ce sont les effets des faibles doses radioactives qui sont remis à l’ordre du jour. Comme pour ces travailleurs du CERN qui jadis furent contaminés ou ces travailleurs du nucléaire soumis à des contaminations régulières. Par ailleurs, ce genre de laboratoires n’est pas exempt d’accidents. Les irradiés de Forbach contaminés alors qu’ils travaillaient auprès d’un accélérateur d’électrons l’ont vécu dans leur chair.
Nous ne nous étonnons plus de voir la recherche « critique » du nucléaire devenue cogestionnaire s’attabler avec les industriels du désastre. Ainsi, le CERREV, centre d’études et de recherches socio-anthropologiques sur les risques et les vulnérabilités, a-t-il rejoint ce cynique banquet. Plus tôt, toujours dans les bons coups lorsqu’il s’agit de mollir face au nucléocrates, Europe Ecologie s’était de son côté abstenue, à l’exception d’une de ces élu-e-s lors du vote de subvention en faveur de Nucléopolis au Conseil Régional.
Dans le meilleur des mondes du nucléaire, on échange ainsi les derniers bons plans industriels. AREVA va ainsi soutenir TEPCO à Fukushima où les seuils admissibles pour les enfants sont relevés au niveau de ceux des travailleurs du nucléaire en France. Tandis que dans le plus grand silence, les radionucléides, du Césium 137 aux premières traces de Corium retrouvées dans les réacteurs qui ont subit la fusion de leur coeur, se disséminent partout, et qu’un premier liquidateur de la catastrophe est mort il y a peu…
Et sur ce marché de la vie amputée, de la sécurité nucléaire à la pseudo-dépollution, nos entreprises du nucléaire, d’AREVA à Vinci en passant par Bouygues, et nos laboratoires avides de débouchés, du CEA au CERREV, se positionnent déjà. La catastrophe est un marché comme un autre.
Parce que le nucléaire est un monde qui dépasse ses installations et ses nuisances, avec ses protagonistes, ses défenseurs et ses mensonges, nous entendons bien perturber ce forum ! ▪

▪ Quelques farouches opposant-e-s à l’industrie nucléaire,
31 mai 2011, Caen
* Infos complémentaires sur http://www.anartoka.com/cran/
Pour nous contacter : CRAN(a)no-log.org

Sur Nucléopolis :
http://www.anartoka.com/cran/viewtopic.php?t=384

Sur le Forum lui-même :

http://www.miriade-innovation.fr/upload/editeur/Invit_mail_RD_14_final.pdf

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :