Skip to content

Pays-Bas : un convoi de déchets nucléaires en route vers La Hague

octobre 11, 2011

LA HAYE – Un convoi de déchets nucléaires a quitté la centrale de Borssele (sud-ouest des Pays-Bas) mardi en direction de l’usine française de traitement des déchets nucléaires de La Hague (Normandie, nord-ouest de la France), a annoncé l’exploitant de la centrale.

Le convoi vient de partir, a déclaré à l’AFP Fenny Barends, une porte-parole de la société EPZ, propriétaire et exploitant de la centrale de Borssele, vers 17H00 (15H00 GMT). Il y a trois wagons sur lesquels se trouvent des conteneurs remplis de déchets, a-t-elle précisé.

Ce convoi est le deuxième des dix convois prévus au cours des deux prochaines années entre Borssele et La Hague. Lors du premier transport, le 7 juin, 33 manifestants avaient été interpellés aux Pays-Bas pour avoir tenté d’empêcher le passage du train en s’enchaînant aux rails.

Des associations françaises et belges avaient appelé mardi matin à manifester le long du trajet du train.

Aux Pays-Bas, une vingtaine de personnes étaient postées le long du trajet, à Goes, à une dizaine de kilomètres au nord-est de Borssele, a constaté une journaliste de l’AFP.

Ils ont crié à bas le nucléaire et brandi des pancartes portant l’inscription l’énergie nucléaire non merci. Ils ont également actionné des klaxons à air comprimé.

Les déchets sont mauvais, dangereux, a déclaré à l’AFP Petrushka Sterk, une manifestante présente sur place : et surtout, le train passe dans des endroits fortement peuplés.

Le train devait traverser la Belgique et arriver jeudi à l’usine Areva de La Hague, selon l’association écologiste Greenpeace.

Greenpeace assure que la partie des déchets nucléaires qui ne pourra pas être recyclée à La Hague et sera renvoyée aux Pays-Bas pour y être stockée, restera radioactive pendant 240.000 ans.

Il y a autant de déchets dans ce train que ce qui s’était échappé lors de l’explosion de Tchernobyl, a affirmé à l’AFP Ike Teuling, experte en radioactivité pour Greenpeace.

Nous avons essayé de prendre des mesures de radioactivité ce matin mais la police ne nous a pas laissé approcher, nous recommencerons ce soir à Essen (à la frontière belgo-néerlandaise, ndlr) lorsque le train s’arrêtera dix minutes, a-t-elle souligné.

A leur retour de La Hague, les déchets seront stockés pendant environ 100 ans dans un bunker. Ensuite, ils seront entreposés ailleurs, probablement dans le sol, a expliqué à l’AFP Monique Linger, une porte-parole d’EPZ.

Le ministre (des Affaires économiques, ndlr) Verhagen souhaite stocker ces déchets dans le sol alors qu’il n’a été prouvé nulle part au monde que cela pouvait se faire sans risque de fuite radioactive, a soutenu Greenpeace dans un communiqué.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :