Aller au contenu principal

(THT)Assemblée du Chefresne

juin 10, 2013

15 Juillet, 10h – Assemblée du Chefresne.

Dimanche 15 juillet – 10 h
Bois de la Bévinière – LE CHEFRESNE

Trois semaines après le week-end de résistance qui s’est déroulé à Montabot (50), cette assemblée sera d’abord l’occasion de nous retrouver, mais aussi de reparler du week-end de juin, et de l’été que nous pourrions réserver à RTE.

Pour le repas du midi, l’idée est que chacun(e) apporte quelque chose à partager.

L’assemblée du Chefresne

Bure: combattre l’enfouissement

juin 10, 2013

bure

ET un petit compte rendu temporaire…

100 000 M3 DE DECHETS ATOMIQUES À HAUTE ACTIVITÉ ET À VIE LONGUE POURRAIENT ÊTRE ENFOUIS À 500M SOUS TERRE À BURE EN MEUSE/HAUTE MARNE SI ON LAISSE FAIRE.

On sait d’avance que le sous-sol n’est pas fiable, que Cigéo la poubelle nucléaire fuira un jour, que la radioactivité remontera à la surface, mais les promoteurs du nucléaire ont besoin de dire que le nucléaire est « propre » et sait gérer ses déchets pour assurer sa survie.
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

ACTUALITE : 2013 = ANNEE FAUX DEBAT PUBLIC !
DATES : 15 mai au 31 juillet + 1er septembre au 15 octobre

Plus de 40 associations et organisations appellent au boycott !
Ce débat public est fait pour faire accepter Cigéo/BURE avec toutes ses nuisances. Il n’est en aucun cas un rendez-vous démocratique.

PREMIERE REUNION perturbée le jeudi 23 mai à BURE – Annulée au bout d’un 1/4 d’heure.

DEUXIEME et TROISIEME REUNIONS prévues le 30/05 et le 6/06 Saint Dizier et Joinville (52) – Différées (annulées) !

La CNDP s’étonne : quoi, un beau débat public rien que vous et on nous boude ? Elle tente de concilier l’inconciliable en invitant à une table ronde, le 6 juin à Bar le Duc, des citoyens opposants qui déclinent l’invitation.

PROCHAINE REUNION PUBLIQUE : Lundi 17 juin à BAR-le-DUC
Rendez-vous à partir de 18h – Hall des Brasseries.

« Du nucléaire au renouvelable, critique du système énergétique »

juin 10, 2013

(texte lu le 18 mai 2013 à Montabot)
ici: TopoManche

[Vendredi 31 mai] Procès en appel contre des antinucléaires à Caen

juin 10, 2013

LE NUCLÉAIRE FAIT SA JUSTICE, DE VALOGNES À MONTABOT

Le week-end du 17 au 20 mai s’inaugurait à Montabot (50), un lieu collectif d’organisation contre le nucléaire et la ligne Très Haute Tension Contentin Maine. Cette grange, située aux pieds de la ligne bientôt en fonction, s’inscrit dans la continuité de plus de 2 ans de lutte contre le nucléaire en souhaitant proposer un espace d’organisation et de discussion pérenne.montabot

En novembre 2011, quelques mois après la catastrophe de Fukushima, quelques centaines de personnes se retrouvent à Valognes (50) dans le but de perturber le départ d’un train de transport de déchets nucléaires vers l’Allemagne. Dans ce contexte, ce camp était l’occasion de relancer l’opposition au nucléaire. C’est sur les mêmes bases d’horizontalité et d’action concrète qu’au Chefresne une assemblée se constitue pour lutter contre la ligne THT. Durant plusieurs mois des liens se tissent localement mais aussi avec d’autres luttes contre des projets d’aménagement du territoire (ZAD, Centre d’enfouissement à Bure, Centrale à gaz à Landivisiau…), période pendant laquelle, les chantiers de la ligne ont étés perturbés par des blocages, des déboulonnages et autres sabotages. En juin 2012, dans cette continuité, un camp s’organise à Montabot, occasion d’approfondir les réflexions sur le nucléaire et d’organiser, le dimanche 24, une action contre la ligne.

Si ces deux ans de lutte ont été riches en rencontres et actions collectives, ils ont aussi été marqués par la répression, qu’elle nous touche physiquement, psychiquement ou quand elle tente de nous isoler face à la justice. Le 31 mai 2013, nous appelons donc à venir soutenir deux copains convoqués devant la Cour d’Appel de Caen.

Procès à venir :

Ce 31 mai à 8h30, procès en appel des deux copains poursuivis respectivement pour :

• À Valognes, en novembre 2011, intrusion sur les voies et détention de fumigènes, refus de fichage ADN ; condamné en première instance à un mois d’emprisonnement avec sursis pour le refus de fichage.

• À Montabot, en juin 2012, participation avec arme à un attroupement, dissimulation du visage et refus de se disperser après sommation, violences aggravées ; condamné en première instance à trois mois d’emprisonnement pour les violences.

Le 11 juillet 2013, seront jugé-e-s à Laval les 5 militant-e-s poursuivi-e-s pour avoir volontairement dégradé un pylône de la ligne THT Cotentin Maine, et pour avoir participé sciemment au groupement que constituait selon le parquet de Laval l’action du 28 avril 2012 à Saint-Cyr-le-Gravelais.

C’est pour ne pas laisser la justice individualiser que nous appelons à toutes formes de solidarités.

Soutien financier : chèque à l’ordre de l’APSAJ – Association pour la solidarité et l’aide juridique, APSAJ, 6 cours des alliés, 35000 Rennes.
RIB : 42559 00055 41020014732 07
IBAN : FR76 4255 9000 5541 0200 1473 207 / BIC : CCOPFRPPXXX

Assemblée anti-THT, 21 mai 2013

Infotour anti THT mai-juin 2013

juin 10, 2013

Invitation à se rencontrer pour s’organiser contre les grands projets d’infrastructures, au minimum !

ous voyez, ce petit coin de Normandie, tout là-haut, où la pluie prend un jouissant plaisir à nous lessiver jusqu’aux os 360 jours sur 365, où les inséparables bottes nous protègent du tapis éponge des champs mais pas du délicieux jus de chaussettes à la fin d’une journée de balade sous les têtes de chats [Modèle de pylône THT]. Eh bien, on se dit qu’on aimerait bien sortir le short et les tongues de la commode et aller faire un tour au soleil.

joyeux

Prendre un peu de distance, partager le récit de nos aventures rocambolesques entre déboulonnages publics de pylônes THT, virées nocturnes en compagnie vigilesque, paperasses de tribunaux et autres cours d’appel, assemblées générales horizontales, gestion des massmedias et travail d’automedia, blocages de chantiers, occupations de bois et de château d’eau, débats interminables sur les modes d’action et la violence. Mais encore, entendre d’autres histoires, celles aux abords de chantiers d’autoroutes ou lignes à grande vitesse, de centres d’enfouissement de déchets radioactifs, de lignes THT, de gaz de couche ou de schistes, et bien d’autres…

Ce n’est pas l’achèvement de la ligne THT Cotentin-Maine, ni la répression qui l’a accompagnée, qui ont entamé notre détermination et notre désir de continuer. Au contraire, car nous pensons que les liens tissés ici et là constituent notre force. En nous organisant ensemble, au-delà des frontières administratives et thématiques, et de nos divergences politiques, nous pouvons non seulement gagner quelque chose mais aussi tisser des amitiés et des solidarités pour pouvoir mieux en faire baver à celleux d’en face, voire y prendre un certain plaisir.

Aussi, comme nous nous sommes amusé.e.s à faire un film sur ce que nous avons vécu ces derniers mois en Normandie, nous proposons de le voir ensemble en préliminaire à des échanges, pour en sortir avec des pistes d’actions, de nouvelles envies d’écriture et d’automedia, de nouveaux copains-ines à qui rendre visite, etc.

Mardi 28 mai 2013 à Toulouse (31)
19h à l’atelier La Chapelle,
36 rue Danielle Casanova
La projection du film et la discussion seront précédés d’un repas.

Mercredi 29 mai 2013 à Saint-Affrique (12)
19h lieu à venir

Jeudi 30 mai 2013 à Montpellier (34)
19h à la Bibliothèque Scrupules,
26 bd Figuerolles, quartier Figuerolles

Vendredi 31 mai 2013 à Marseille (13)
19h à Mille Babords, 61 rue Consolat 13001

Samedi 1er juin à Avignon (84)

Lundi 3 juin 2013 à Valence (26)
19h15 au Laboratoire, 8 place Saint Jean
La projection du film et la discussion seront précédés d’un repas.

Mardi 4 juin 2013 à Grenoble (38)
Antigone,
22 rue des Violettes

Mercredi 5 juin 2013 à Lyon (69)
19h, à la Luttine
91 rue Montesquieu, Lyon Guillotière

Jeudi 6 juin 2013 à Châlon-sur-Saône (71)

Samedi 8 juin 2013 sur la ZAD du Morvan (58)

Mercredi 12 juin à Metz (57)
Salle des Coquelicots, 1 rue Saint Clément

Vendredi 14 juin à Reims (51)
À l’Écluse, 5 rue de la Cerisaie

Dimanche 16 juin à Lille (59)

Plus d’infos sur le blog antitht.noblogs.org ou en envoyant un mail

le radon de la méduse

avril 19, 2013

Les 11 et 12 avril 2013, à Paris, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) organisait avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) une conférence internationale « Radon et société : de la connaissance à l’action ». Jeudi soir, lors du dîner croisière sur la Seine prévu pour les participants de cette réunion nucléariste, le bateau-mouche Saphir a été copieusement aspergé de sang.

signé Furax

Furax communiqué

[Poitiers] Deux films projetés contre le nucléaire

avril 18, 2013

L’association Cap à gauche et le COllectif Poitevin pour l’Arrêt Immédiat du Nucléaire vous convient le samedi 27 avril 2013 à une projection de deux films sur le nucléaire :

- à 14h37 : R.A.S. Nucléaire, rien à signaler
Documentaire – Belgique / France – 2009 – 58’

- à 20h02 : THT, Remballe Ton Éleck !
Doc auto-média – France – 2012 – 42’

Les deux films pourront être suivis de discussions sur le nucléaire et les luttes qui s’y opposent. Entrée libre.

 

PROCÈS DES 18 et 20 MARS 2013 À CAEN EN APPEL DE CONDAMNATIONS À 1 MOIS DE PRISON AVEC SURSIS

avril 18, 2013

Ces deux procès en appel faisaient suite à des condamnations en première instance à des peines d’un mois d’emprisonnement avec sursis prononcées par le tribunal de Cherbourg début 2012 pour trois personnes. Ils ont constitué le début d’une semaine comprenant pas moins de 6 procès contre la lutte antinucléaire, quatre autre procès concernant des actions contre la construction de la ligne THT Cotentin-Maine étant prévus pour les 21 et 22 mars.

Ces personnes étaient poursuivies dans le cadres des actions antinucléaires qui ont eu lieu contre un train de déchets radioactifs du côté de Valognes le 23 novembre 2011, alors qu’elles n’ont pas pu y participer, victimes d’arrestation préventives.

-> Le 20 mars 2013, les deux copains poursuivis pour la détention de matériel de découpe du bois dans leur véhicule ont été relaxés du délit de port d’arme pour lequel ils avaient été condamnés à un mois de prison avec sursis en première instance.

-> Le 18 mars 2013, un photographe qui devait faire un reportage photo tout au long du trajet du train, photographe bloqué avant son départ par les forces de l’ordre (en représailles du blocage du train par les militant-e-s ?), a été relaxé de la détention de bombinettes lacrymo mais devra payer 500 € d’amende pour le port d’un Opinel, arme régulièrement dénoncée par l’association des baguettes victimes du sandwich comme étant particulièrement dangereuse. Outre l’abandon du reportage, cela fait cher le casse-dalle !

Après la relaxe définitive en première instance des trois militant-e-s lors du procès du 9 octobre 2012, ces verdicts mettent une nouvelle claque à la répression contre les actions antinucléaires du 23 novembre 2013 du côté de Valognes et désavouent une fois de plus l’action du parquet de Cherbourg.

-> Trois autres procès en appel relatifs aux mêmes actions restent à être jugés. Le prochain dont nous avons la date aura lieu à la cour d’appel de Caen le 31 mai 2013, pour un copain relaxé quant à l’intrusion sur les voies et un fumigène soi-disant brandi mais condamné à un mois d’emprisonnement avec sursis pour avoir refusé le prélèvement de son ADN. Le même jour, au même endroit, sera jugé l’appel du militant interpellé le
24 juin 2012 lors du camp antiTHT de Montabot.

A noter que ces verdicts nous empêchent malheureusement pas de devoir
raquer, et que même une relaxe reste une condamnation pour notre
porte-monnaie…

Fond de soutien : chèque à l’ordre de l’APSAJ – Association pour la
solidarité etl’aide juridique, APSAJ, 6, cours des alliés, 35000 Rennes,
RIB : 42559 00055 41020014732 07, IBAN : FR76 4255 9000 5541 0200 1473 207
/ BIC : CCOPFRPPXXX.

legalteamvalognes@riseup.net

—————————————–

QUATRE PROCÈS DE LA LUTTE ANTI-THT CONVOQUÉS DEVANT LES TRIBUNAUX les 21 et 22 mars 2013

La répression de la lutte antinucléaire dans la région avait convoqué pas moins de 6 procès sur une seule semaine. Après un début de semaine plutôt favorable pour les appels des condamnations à un mois de prison avec sursis suite aux actions du 23 novembre 2011 du côté de Valognes, quatre procès faisaient suite à des actions contre la construction de la ligne THT Cotentin-Maine.

** Deux de ces procès ont fait l’objet de renvoi. **
** Deux nouvelles dates à mettre à nos agendas : **

-> Le 31 mai 2013, sera jugé à la cour d’appel de Caen, le procès en appel du militant condamné le 6 août 2012 par le tribunal de Coutances à 3 mois d’emprisonnement pour avoir participé à l’action du 24 juin 2012 lors du camp de Montabot. Ce même jour au même endroit aura lieu un des procès en appel de l’action du 23 novembre 2011 du côté de Valognes pour un copain relaxé quant à l’intrusion sur les voies et un fumigène soi-disant brandi mais condamné à un mois d’emprisonnement avec sursis pour avoir refuser le prélèvement de son ADN.

-> Le 11 juillet 2013, seront jugé-e-s à Laval les 5 militant-e-s poursuivi-e-s pour avoir volontairement dégradé un pylone de la ligne THT Cotentin Maine, et pour avoir particité sciemment au groupement que constituait selon le parquet de Laval l’action du 28 avril 2012 à Saint Cyr le Gravelais (antitht.noblogs.org/708).

** Deux autres affaires ont été jugées le 22 mars 2013 :**

-> Pour le procès en appel du déboulonnage d’un pylône en construction le
18 mars 2012 à Saint Martin d’Aubigny, le délibéré sera prononcé par la
cour d’appel de Caen le 17 mai 2013.

-> Pendant ce temps-là, le tribunal de Laval nous apprenait que le copain de Beaulieu sur Oudon détenait le seul véhicule dont les feux stop s’allument quant il accélère tout en ne retenant plus ce véhicule comme objet du délit de violence. Pas de violence avec arme donc, mais violence tout de même sur personne dépositaire de l’autorité publique, avec une condamnation à 500 € d’amende assortie du sursis, auxquels s’ajoutent 300 € à verser en dédommagement à la gendarme et 837 € pour les honoraires de son avocat.

antirep-tht@riseup.net

22 MARS 2013 : A Laval comme à Caen, tou-te-s solidaires des militants antiTHT poursuivis.

avril 18, 2013
-> RDV en amont du 22 mars - Dimanche 17 mars à Rennes à 19h, une soirée
de solidarité avec les prévenu-e-s de la lutte anti-THT à l'initiative du
CLAR (http://clar35.overblog.com) dans le cadre de la semaine "les luttes
sont déCLARées".
-> Nouveau tél de l'équipe anti-rep de la lutte antiTHT : 06.74.87.11.55.

---------------
22 MARS 2013 : A Laval comme à Caen, tou-te-s solidaires des militants
antiTHT poursuivis.

Cette journée de procès du 22 mars 2013 est symptomatique de l’étendue de
la lutte contre la construction de la ligne THT Cotentin-Maine, cette
autoroute de l’électricité nécessaire pour éviter les bouchons à la sortie
de la production centralisée dans le Nord-Cotentin, existante (centrale de
Flamanville) et à venir (EPR, hydroliennes, etc).

Du déboulonnage de Saint Martin d’Aubigny (50) par Marais sous Tension, à
4 km du départ de la ligne, à Beaulieu sur Oudon (53) où est arrêté à son
domicile un militant de Mayenne Survolté, 160 kilomètres de lignes THT
séparent et relient tout à la fois les deux affaires en procès ce matin du
22 mars 2013.

Les kilomètres n’arrêteront pas la solidarité !

DEUX RASSEMBLEMENTS :

-> LAVAL, devant le Tribunal, 13 place Saint Tugal, à 8h30

-> CAEN, devant la cour d’appel, place Gambetta, à 8h.

- Il avait déjà fallu 6 jours pour que les forces du désordre préparent
l’assaut du domicile du dangereux militant de Mayenne Survolté, il aura
fallu près de 6 mois pour que ces mêmes forces versent au dossier la vidéo
qui, soi-disant, incriminerait ledit militant. Sur la commune de Saint
Pierre des Landes, le 4 juillet 2012, celui-ci était venu constater
l’entame frauduleuse d’un chantier de construction de la ligne THT par RTE
et leurs sbires, eux-mêmes protégés par des gendarmes obstruant la voie
publique d’accès au lieu dit où se déroulait le chantier. Une fois les
dégats constatés par un petit groupe de militant-e-s de Mayenne Survolté
et de riverain-e-s, en se rendant à pied sur place, notre ami était revenu
auprès du lieu de blocage gendarmesque déplacer sa voiture, de peur de
récupérer une contravention.
Faute du versement de la vidéo incriminante au dossier, et bien que
poursuivi pour violence avec armes (son véhicule), il n’avait pas pu être
jugé en novembre 2012.
** Ce sera normalement possible ce 22 mars 2013 à LAVAL avec une vidéo
montrant un véhicule faisant une manoeuvre pour se garer.**

- A l’autre bout de la ligne en construction, Marais sous Tension
entreprenait le 18 mars 2012 de déboulonner un pylône en construction afin
de faire respecter un arrêté municipal de la commune de Saint Martin
d’Aubigny auquel contrevenait la construction dudit pylône. Fort de sa
déclaration d’utilité publique, oubliant que celle-ci n’autorise rien
sinon qu’elle permet de demander des dérogations à l’application de lois
de protection de l’environnement, RTE, avec son bras armé préfectoral,
répliquait en faisant arrêter un des 8 déboulonneurs en action ce jour-là.
L’opportunité des poursuites étant ce qu’elle est, il sera prétendu que le
prévenu était le seul des huit à avoir une clé à molette dans les mains.
Il est d’ailleurs bien connu dans le marais cotentin, que les habitant-e-s
du coin boulonnent et déboulonnent de l’écrou de 46mm avec les dents. Jugé
le 19 juin 2013 à Coutances, il avait été condamné à 2 000 € d’amende dont
1 000 avec sursis et à payer 3 300 € de dommages et intérêt à RTE, dont 2
500 pour quelques boulons à revisser : “cela fait cher du boulon !”.
** C’est l’appel de cette condamnation qui sera jugé ce 22 mars 2013 à
CAEN **

antirep-tht@riseup.net
http://antitht.noblogs.org/747
http://antitht.noblogs.org/agenda-anti-tht

weekend d’inauguration de la grange de Montabot du 17 au 20 mai du

avril 18, 2013

Une grange pour s’organiser…

Depuis l’action à Valognes contre le train “Castor” en novembre 2011, jusqu’aux moments forts de la lutte contre la ligne Très Haute Tension (THT) Cotentin-Maine en 2011 et 2012, des personnes se sont rencontrées et se sont organisées pour lutter contre le nucléaire et son monde.

Afin de continuer sur cette lancée, il semble important de pouvoir disposer d’un lieu collectif comme a pu l’être le bois occupé de la Bévinière sur la commune du Chefresne.

Une grange, au lieu-dit la Bossardière sur la commune de Montabot (50), s’érige maintenant non loin des pylônes comme un défi face à l’imposition de la ligne THT à coups de bâtons. Il existe donc un lieu pérenne pour relayer et faire perdurer l’actualité de la lutte anti-nucléaire dans la Manche et ailleurs, être le relai de vos luttes ou simplement pour se réunir et échanger.

En effet, cet endroit constitue un point d’information et de convergences des initiatives d’ici (EPR, THT, transports castors, etc) et d’ailleurs (Poubelle radioactive de Bure, Iter, Astrid, THT partout, mines d’uranium) contre le nucléaire et aussi contre d’autres projets assez proches dans l’idéologie d’aménagement de nos espaces et de nos vies, tel celui de l’aéroport de Notre-Dame des Landes, les lignes à Grande Vitesse, de la traçabilité en général et du fichage génétique en particulier.

Il s’agit aussi d’un point d’ancrage de la lutte où se déroule un chantier permanent d’échanges de savoirs et de pratiques émancipatrices (autonomie énergétique, écoconstruction, rénovation du bâti ancien, permacultures de plantes médicinales et potagères….).

Du 17 au 20 Mai 2013, la grange ouvrira ses portes au grand jour.
Vous découvrirez la grange à travers des expos, ses débrouilles quotidiennes, son camping, sa cantine prix libre.

Parce qu’il ne faudrait pas croire que tout s’arrête avec la mise en service d’une ligne T.H.T.
Parce qu’il est essentiel pour nous de poursuivre les débats entamés lors de cette lutte, et d’anticiper les pièges des nécro-industries auxquelles nous seront confronté.e.s ici et ailleurs.
Parce que nous imaginons qu’une organisation sans intérêt de pouvoir ni hiérarchie, pourrait submerger nos décideurs.
Parce que nous voulons faire en sorte que plus aucun.e oligarque ou bureaucrate ne puisse juger et décider du cheminement de nos vies à notre place.

Nous vous invitons au week-end d’inauguration de la grange de Montabot, où grâce à un travail d’élaboration collective, nous cherchons à nous donner les moyens matériels de renvoyer dans leur coin l’Etat et les mafias publiques ou privées. Nous prendrons le temps qu’il faut pour saper leur infecte besogne, mais ici une pierre est posée, et nous savons que ce sont nos solidarités que l’Etat craint avant tout. Même si une nouvelle ligne T.H.T se dresse désormais dans le bocage Normand, la lutte liée à ces tentacules de la pieuvre nucléaire est loin d’être enterrée.

Comment venir à la grange ? La Bossardière, à Montabot dans la Manche (50)
Sur la D98 entre Percy et Tessy, la Bossardière se trouve au bout du deuxième chemin sur la gauche après le pylône 223 lorsqu’on vient de Percy.